Mérule : comment venir à bout de ce champignon fléau pour le bois ?

Dans le cadre de la vente d’un bien immobilier, un certain nombre de diagnostics sont devenus obligatoires. La liste s’allonge d’ailleurs d’année en année. Cependant, pour le moment, il n’existe aucune obligation concernant la recherche de la mérule. Heureusement pour les futurs propriétaires, le diagnostic est fortement recommandé dans certaines régions où le champignon est devenu un véritable fléau.

Qu’est-ce que la mérule ?

Avant de s’attaquer au sujet du jour, à savoir comment en venir à bout, il est important dans un premier de comprendre à quoi nous avons affaire.

La mérule fait partie de la famille des champignons. Elle porte également le doux nom de lèpre des bois. Le champignon se nourrit de toutes les essences de bois, mais est particulièrement friand des résineux. Les conditions optimales de son développement sont les endroits :

  • humides

  • obscurs

  • mal ventilés

Le champignon est naturellement de couleur blanche, mais vire à une couleur marron orangé, lorsqu’il est exposé à la lumière du soleil.

À la lecture des conditions de prolifération, vous comprenez mieux pourquoi on trouve facilement de la mérule dans les combles d’une maison ou sous les parquets en bois au niveau des lieux de vie. Attention, n’allez pas croire qu’un mur ou qu’une dalle en béton protègera votre habitation. Grâce à ses très minces filaments, appelés hyphes mycéliennes, la mérule est capable de traverser un mur en parpaing sans aucun problème. Enfin, il faut savoir que le champignon est capable de végéter, lorsque les conditions optimales ne sont pas remplies à son bon développement. Ainsi même, si vous ne voyez pas de mérule à l’œil nu, le champignon peut malgré tout avoir commencé à attaquer le bois de votre habitation.

Comment détecter la présence de mérule dans votre habitation ?

Nous avons brièvement évoqué la couleur que peut prendre la mérule. Il est également important de parler de l’aspect que peut prendre le champignon. La forme la plus courante est une fine couche blanchâtre un peu ouateuse. On parle généralement de voile ou de plages mycéliennes. Si vous le touchez, la structure est cassante.

La mérule peut aussi prendre une couleur rougeâtre, même à l’abri de la lumière. Cela indique simplement qu’elle est dans une phase de fructification. Le but est d’envoyer ses spores le plus loin possible et d’étendre sa colonisation. Cette phase porte le nom de carpophore.

Attention, les premiers symptômes de l’infection sont souvent invisibles à l’œil nu ou nécessitent parfois le démontage des planchers. Les professionnels sont généralement équipés d’une caméra endoscopique, évitant ainsi des frais supplémentaires liés à la recherche.

Enfin, sachez que la mérule (comme n’importe quel champignon) dégage une odeur spécifique. Vous pouvez ainsi vous rendre compte de sa présence sans même l’avoir vu, mais dans ce cas, cela signifie souvent que la prolifération est déjà très importante.

La mérule est-elle dangereuse pour l’homme ?

En tant que tel, le champignon ne représente pas un danger pour la santé. Vous pouvez donc le toucher sans risque. Par contre, au moment du carpophore, les spores peuvent déclencher des réactions allergiques chez certaines personnes. Dans des cas extrêmes, il est même possible que la personne doive quitter la maison à cause d’une trop grande quantité de spores dans l’air. Il faut, en plus, ajouter que les ambiances humides exacerbent les risques allergiques.

Comment limiter les risques de contamination de la mérule ?

Même si aucune région n’est épargnée, certaines sont bien plus touchées que d’autres par les problèmes de mérule. De ce fait, il est important de rester vigilant et de surveiller régulièrement l’aspect de vos boiseries et de mettre en place un plan préventif pour limiter au maximum les problèmes.

Réduire l’humidité

Il faut savoir que la mérule prolifère à travers le bois, lorsque l’humidité de celui-ci atteint les 20 %. Attention, en dessous de ce chiffre, le champignon n’est pas détruit. Il se met simplement en sommeil. Il vous faudra également vérifier l’isolation de vos combles régulièrement, pour éviter tous risques de condensation. Profitez-en par ailleurs pour inspecter votre toiture pour déceler d’éventuelles fuites d’eau. Si vous constatez des problèmes d’humidité, vous pouvez installer un absorbeur d’humidité.

Bien aérer

Il est important d’assurer une bonne ventilation de toutes vos pièces. C’est relativement simple pour les pièces à vivre. C’est souvent plus compliqué dans les combles ou dans les caves. Le mieux est de créer une circulation d’air en laissant une porte ouverte vers le reste de la maison.

Traiter le bois

Avant même de traiter le bois, il est important de ne jamais stocker trop longtemps du bois avant de l’utiliser. Vous pouvez aussi appliquer un traitement, pour éviter que l’eau s’incruste trop rapidement dans le bois. Attention, le but n’est absolument pas d’imperméabiliser le bois, ni de se subsister à un éventuel traitement curatif.

Comment traiter ce champignon ?

Vous l’avez sans doute compris, il est très difficile, voire impossible de venir à bout de ce champignon sans l’aide d’un professionnel qualifié. Le traitement va se dérouler en plusieurs phases.

L’identification des zones contaminées

Il est important de n’oublier aucune zone de votre habitation, sans quoi tout le travail effectué ensuite sera peine perdue. Selon l’étendue des dégâts, il faudra parfois prévoir des frais de remise en état post traitement.

La décontamination

Il s’agit de détruire le champignon sur les surfaces infectées. Le plus souvent, la mérule est détruite par le feu. Les joints de maçonnerie sont également grattés pour éviter tous risques de récidive.

Le traitement

Même après un passage méticuleux à la flamme, il existe des risques. Le professionnel va donc pulvériser un anti-fongicide puissant et éliminer ainsi toutes traces de ce champignon. Le plus souvent, le produit est pulvérisé pour que ce dernier puisse bien pénétrer dans le bois. Une fois le produit appliqué, la pièce est bâchée et chauffée. La température va alors monter, voire dépasser les 50 °C pour éliminer les dernières traces de mérule.

Au niveau du tarif, impossible de vous donner un ordre d’idée, puisque cela va dépendre du degré d’infestation et de la surface à traiter.

Plus d'articles

Panne : comment vidanger chauffe-eau facilement sans être plombier ?

Pour veiller à l’entretien de votre chauffe-eau, il est nécessaire de...

Invasion de blattes forestières ambrées : comment faire pour s’en débarrasser ?

Les blattes forestières ambrées sont souvent comparées aux cafards vivant dans...

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

DIY : comment fabriquer et poser un linteau de porte en bois ?

Élément horizontal placé au-dessus des entrées, le linteau est...

Boissons gazeuses : la machine SodaStream est-elle si utile ?

Soda ou eau gazéifiée, les boissons pétillantes sont vraiment...

Comment identifier un arbre grâce à ses feuilles ?

Saviez-vous qu'il est possible d'identifier un arbre grâce à...